Fiche métier du community manager

Fiche métier community manager

Fiche métier du community manager

Avec l’avènement des médias sociaux, on assiste à la création de groupes qui ont en commun, des centres d’intérêt. Le nom utilisé pour désigner ces fédérations est la communauté web. Celle-ci, lorsqu’elle est bien administrée, représente pour les entreprises sur la toile, une véritable mine d’or. Cependant, pour parvenir à fédérer une communauté, il faut posséder les compétences nécessaires ;  ceci est le domaine d’intervention du community manager. Bien qu’assez connu, ce nouveau métier suscite l’intérêt de personnes qui désirent se former, sans pour autant connaitre les différents paramètres en cause.  Le présent article, à travers la fiche métier guide le futur apprenant à embrasser sereinement la carrière du community management.

 

Appréhender ce qu’est un community Manager

D’entrée, il faut savoir qu’un community manager est un professionnel qui opère sur le web, et dont objectif principal est la création et la gestion d’une communauté. Ce métier est apparu après la révolution en matière de communication qui a été mise en marche par le social média.  Dans l’exécution de sa mission, il travaille pour le compte d’une entreprise, ou pour une célébrité. Il a aussi la possibilité de travailler au sein d’une agence de communication ou en tant que freelance.

Les réseaux sociaux comme Facebook, YouTube, Twitter, Instagram, etc. sont ses principaux outils. Aussi, il se sert de plateformes plus professionnelles comme LinkedIn ou Viadeo. Véritable porte-parole de l’entreprise, il se charge de mettre en place des stratégies de communication efficaces. Le but est de faire parvenir aux dirigeants des entreprises pour lesquelles il travaille, la réaction des internautes suite à une communication sortante.

Ainsi, son rôle est capital pour l’e-réputation d’un organisme, et pour l’accroissement de son chiffre d’affaires. Toutefois, il ne se contente pas qu’à créer et animer des communautés. La création de contenus grâce à ses qualités rédactionnelles, ainsi que les veilles concurrentielles sont également des tâches qu’il doit accomplir.

 

Les études pour devenir community manager

En effet, il ne suffit pas d’avoir le niveau Bac et de maitriser les NTIC pour s’improviser gestionnaire de communauté, de nombreux cursus existent. Il est nécessaire de posséder une bonne base, et des études supérieures s’imposent. Ainsi le minimum exigé est un bac + 2 dans une branche de la communication ou du journalisme pour travailler en entreprise ou dans une agence social media par exemple.

Cependant, les recruteurs deviennent de plus en plus exigeants et recherchent de véritables spécialistes. Ils sont alors portés vers les profils bac+3 à bac+5 à condition d’être spécialisés dans la communication digitale.

Avec un niveau bac+2, l’apprenant peut devenir community manager en agence, entreprise ou  freelance s’il possède l’une des formations suivantes :

  • Le BTS en communication
  • Le BTS TC encore appelé BTS technico-commercial ;
  • Le DUT MMI (les métiers du multimédia et de l’internet) ;
  • Un brevet de technicien supérieur en management commercial opérationnel encore désigné par le sigle BTS MOC.

Aussi, il a la possibilité d’y accéder avec une licence pro ; pour le niveau bac+3, les profils suivants sont adaptés :

  • Licence professionnelle dans les métiers de la communication en vue d’être un chargé de communication
  • Étudiant en année de licence professionnelle option e-commerce et marketing digital
  • Un diplôme de l’Ina documentaliste, ou manager de médias et des données
  • Une licence professionnelle dans les métiers du numérique comme la création, la rédaction et la réalisation ; etc.

Quant aux véritables professionnels, ils ont déjà une bonne base dans les nouveaux métiers de la communication, notamment avec le niveau bac+5.  Ils sont considérés comme des séniors, et c’est d’ailleurs le profil le plus sollicité par les grosses firmes. Ainsi, sont candidats à la profession de community manager :

  • Les détenteurs d’un diplôme d’une école de commerce
  • Les apprenants ayant un diplôme d’IEP en plus d’une formation en communication digitale ;
  • Les titulaires d’un Master Business Administration (MBA) en marketing digital ;
  • Le détenteur d’un diplôme en communication marketing, en relation publique
  • Aussi, est valable un profil ayant un master professionnel en sciences humaines en plus d’une formation en communication digitale.

Par ailleurs, il faut faire aussi attention quant au choix de l’établissement à choisir pour son cursus. À ce titre, de grandes écoles  et des centres de formation comme : le Celsa, l’ECS (école de communication européenne), le CFJ (centre de formation des journalistes), Isefac, EEMI, etc., sont indiqués. La maitrise de l’anglais est également une compétence transversale que doit acquérir que ce dernier, car la plupart des outils performants sont construits dans cette langue.

 

Un community manager, c’est aussi des qualités humaines

En réalité, même s’il possède le diplôme, ce qui fait un bon community manager se sont les qualités personnelles qu’il possède. Ainsi, ce dernier se doit de :

  • Cultiver le sens de l’écoute, de l’empathie, et un bon relationnel
  • Il doit être curieux et posséder une bonne culture générale ;
  • Une empathie prononcée pour les nouveaux médias et la maitrise des outils de communication ;
  • En même temps qu’il doit faire preuve de rigueur, il doit laisser son côté créatif s’exprimer. Ainsi, un bon contenu passe également par des compétences de designer ;
  • En raison de sa position d’intermédiaire, il doit développer une certaine autonomie pour une meilleure gestion de crise.

Toutes ces qualités humaines sont nécessaires, car des enjeux économiques existent et doivent être pris en considération.

 

La mission proprement dite d’un community manager

Le community manager est le garant de la notoriété d’une entreprise sur la toile. Ce nouveau métier est apparu pour la simple raison que les entreprises avaient besoin de savoir ce qui se dit sur elle, et de pouvoir les gérer au mieux. Ainsi, lourde est la responsabilité de ce spécialiste qui sert de lien entre les entreprises et les internautes. C’est sur ce principe de base que repose l’intégralité de la mission du CM.

Dans l’accomplissement de sa mission, grâce à des outils de veille il observe tout ce qui se passe sur le web en rapport avec son employeur. Le but est de procéder à un état des lieux de la réputation de ce dernier. Les sites, les forums, les blogs, les pages Facebook, le Tweet sont autant d’éléments qu’il doit analyser. Une fois les informations recueillies, il établit le plan d’action pour pallier les éventuels problèmes. Le dialogue avec la communauté est le moyen le plus sûr d’arriver à ses fins.

En rapport avec sa mission de création de contenus, le CM doit également posséder les qualités d’un rédacteur web. Ainsi, il doit se fixer une ligne éditoriale et être fidèle à celle-ci, car il est censé faire du SMO (social média optimisation). Il s’agit de l’évolution naturelle d’un content manager, accessible par différents profils comme : le chef de projet, le journaliste web, le référenceur, etc. La mission de ce spécialiste est de fidéliser les internautes grâce à la création d’une communauté  autour des idéaux d’une entreprise.

L’animation des communautés passe également par la création d’évènements tels que les jeux-concours, les chats, etc. Aussi, grâce à ses actions Webmarketing (référencement, netlinking, affiliations, etc.), il contribue à l’accroissement de la visibilité de son entreprise. Son amour pour la technologie lui permet de repérer les nouveaux outils qui pourraient l’aider dans  sa mission. Mettre en place les campagnes publicitaires fait également partie de ses attributions, et pour se faire il utilise des outils comme le Facebook Ads.

En somme, la mission du community manager se décompose en 4 grandes étapes qui sont :

  • L’animation des communautés 
  • La définition d’un planning de publication ;
  • La modération des commentaires, car il faut un minimum de discipline pour développer sa communauté ;
  • La veille concurrentielle grâce aux outils de veille qui permet à l’entreprise de réagir de façon spontanée aux changements.

 

La rémunération et l’évolution de carrière d’un community manager

En raison du caractère plutôt récent de cette profession, il est difficile d’estimer avec certitude le salaire d’un community manager. Cependant, celui-ci dépend aussi de plusieurs variables comme : les années d’expérience, les compétences, la société qui l’emploie, etc. Ainsi, le salaire pour un community manager débutant est d’environ 2000 euros bruts par mois.

En effet, il s’agit d’un métier qui a reçu l’engouement de nombreux jeunes, et ils sont pour la plupart avides de connaissances dans le domaine. Ainsi, de nombreux débouchés s’ouvrent à eux par exemple, une spécialisation dans l’e-commerce, la gestion des médias sociaux, ou encore la publicité. C’est également un très bon moyen de reconversion pour les diplômés d’une formation traditionnelle.

Ils ont également la possibilité d’être embauchés par une agence de community management pour faire du média management, ou pour être chef projet web.

 

Les principaux outils utilisés par le CM

Puisque son rôle principal est de gérer les communautés sur les médias sociaux, il se doit d’être présent sur les réseaux nécessaires. Ainsi, il existe des outils qui lui permettent de fédérer d’un seul endroit tous ces internautes. À ce titre, buffer, hootsuite ou AgoraPulse permettent de gérer l’ensemble des comptes d’un seul endroit.

Le SEO est également un facteur important dans la création de contenu, car il faut qu’il soit visible par un large public. À cet effet, l’utilisation d’outil d’optimisation est requise. Aussi la création graphique est un autre levier, ce qui oblige le community manager à maitriser des logiciels de créations graphiques comme Photoshop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *